Depuis 1 an Masha refuse de quitter l'hôpital où elle a vu son maître pour la dernière fois

Quand son propriétaire a été hospitalisé, il y a près de deux ans, Masha lui a rendu visite tous les jours. Depuis le décès de son ami, survenu l'an dernier, la chienne refuse de quitter les lieux.

La première fois que Masha a passé les portes de l'hôpital de Novosibirsk (centre), c'était il y a environ deux ans. La chienne accompagnait alors son maître, un vieux monsieur qui était tombé malade.

Tout au long du séjour de son compagnon, Masha passait la journée à son chevet avant de rentrer chez eux afin de surveiller la maison. Le lendemain, elle retournait à l'hôpital.

Battu par la maladie, l'homme s'est éteint l'an dernier ...
Depuis, la chienne endeuillée continue de se présenter tous les jours à la réception de l'établissement, en attendant de voir son maître apparaître.

depuis-1-an-masha-refuse-de-quitter-lhopital-ou-elle-a-vu-son-maitre-pour-la-derniere-fois

Bouleversés par la tristesse de Masha, le personnel et les patients de l'hôpital prennent soin de l'animal, s'assurant qu'elle soit confortablement installée et qu'elle ait de quoi se nourrir.

Aucun médicament ne peut l'aider, mais nous espérons que Masha pourra se trouver un nouveau propriétaire. Un jour, et nous souhaitons très fort qu'il arrivera bientôt, notre Masha fera confiance à quelqu'un, confie le docteur Vladimir Bespalov au Siberian Times.

«Elle ne partira jamais d'ici»

Récemment, une famille a voulu adopter la chienne ... mais, arrivée dans son nouveau foyer le vendredi soir, elle était de retour à l'hôpital le lendemain matin.

Je pense qu'elle ne partira jamais d'ici, estime Alla Vorontsova, infirmière.
On voit à quel point ses yeux sont tristes. Elle n'a pas les yeux brillants d'un chien heureux, ajoute Vladimir Bespalov.

L'histoire de Masha rappelle celle de Greyfriars Bobby, un chien écossais qui avait refusé pendant 14 années de quitter la tombe de son maître. L'animal était décédé en 1872.
Hachiko, lui, avait l'habitude d'accueillir son propriétaire qui rentrait du travail à la gare de Shibuya (Japon). A la mort de ce dernier, en 1925, le fidèle compagnon avait continué de venir à cet endroit pendant dix ans.

Commentez sur Facebook

Ailleurs sur le Web ...

Fermer
... sur les réseaux :