Catégories
Art et photographie

Un biologiste marin capture les «anges marins» au fond de l'océan

Un biologiste marin et photographe sous-marin de Russie présente certaines des créatures les plus colorées – littéralement – qu'il a découvertes dans les profondeurs de la mer. Il a également évoqué les conditions extrêmes et les nuits glaciales que l'on doit traverser pour capturer de tels êtres.

L'homme derrière les images que vous voyez ici est Alexander Semenov. Parmi ses nombreuses distinctions, il est également chef de l'équipe de plongée scientifique à la station biologique de la mer Blanche à l'Université d'État de Moscou de Lomonosov. Depuis ses débuts en 2008, son travail est apparu, sans surprise, dans des publications comme Nat Geo et TIME, ainsi que dans des publicités pour Apple.

S'adressant à PetaPixel, il a expliqué que les portraits ne sont pas pris sans grand effort:

De longues nuits polaires, des températures glaciales, des mers couvertes de glace, de forts courants et des conditions météorologiques souvent difficiles, le travail sur le terrain n'est possible que pendant quelques mois chaque année et uniquement après un entraînement technique et physique très rigoureux.

Il y a aussi la limite de temps de 40 à 60 minutes, avec des plongeurs à la merci de l'intervalle entre les marées hautes et basses. Ce n'est pas l'environnement de prise de vue idéal, c'est sûr.

En hiver, l'eau de la mer Blanche est incroyablement claire, car par une nuit polaire, il n'y a pas de soleil – donc pas de photosynthèse – et donc, l'eau aura moins de phytoplancton et de zooplancton microscopiques, qui en mangent. Il n'y a pas non plus de mélange d'eau et de vagues, car la mer est recouverte de glace, ainsi que tous les ruisseaux, rivières et marécages qui se jettent dans la mer en été et apportent un tas de suspension organique.

Malgré les conditions difficiles auxquelles il est souvent confronté, Semenov dit que 13 ans plus tard, il est toujours aussi excité à l'idée de tirer sur des créatures marines. Si surréalistes sont ses portraits, on pourrait être pardonné de les avoir confondus avec CGI. Il est passé à Nikon ces dernières années, décrivant leur D850 comme «presque parfait». Un «fan de Zeiss permanent» autoproclamé, Semenov peut être trouvé en utilisant son Milvus 25 mm f / 1,4 lors de la prise de vue grand angle et le Zeiss Milvus 50 mm f / 2 Macro aussi. Il dit qu'il a dû modifier les anneaux de mise au point manuelle afin de les rendre compétents pour le travail sous-marin. Les stroboscopes Z-240 d'Inon sont sa référence en matière d'éclairage photo.

Il dit que l'océan est plein «d'anémones de mer, de jets de mer, d'éponges, de bryozoaires et de colonies de polypes hydrozoaires, avec un nombre infini de polychètes, d'amphipodes, d'araignées de mer et de nombreuses autres créatures sous-marines qui se précipitent parmi eux».

Semenov est actuellement coincé à Ponza, une petite île de pêcheurs de la mer Méditerranée après des règles de quarantaine, ce qui a prolongé son voyage de trois semaines contre sa volonté!

Découvrez plus de travaux de Semenov, que nous recommandons fortement, sur son site Web, et sur Instagram et YouTube. Vous pouvez en savoir plus sur les expéditions de Semenov dans l'interview complète ici.

Toutes les images sont une gracieuseté d'Alexander Semenov et utilisées avec permission.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *